FETES NATIONALES ET LEGALES

• Jour de l'An (1 Janvier) • Fête du travail (1 mai) • Anniversaire de la révolution (1 Novembre) • Fête de l'indépendance (5 Juillet)

FETES RELIGIEUSES

• Aïd El Fîtr (Fête de la rupture du jeûne) • Aïd El Adha (Fête du sacrifice) • Awal Moharem (Jour de l’An Hégirien) • Achoura (10ème jour du Moharem) • El-Mawlid Ennabaoui Echarif (Anniversaire de la naissance du prophète Mohamed "qlsssl")

FETES LOCALES

L'Algérie est une nation aux multiples facettes où les traditions riches en couleurs se répercutent de génération en génération. Les fêtes locales d'Algérie, c'est tout un pays où la fête est présente toute l'année à travers l'ensemble des régions. Du nord au sud, chaque région possède ses propres fêtes qu'elle célèbre avec faste. Symboles des traditions populaires, les fêtes locales sont devenues une occasion pour l'organisation de séjours touristiques pour découvrir les merveilleux sites de chacune de ses régions et partager la joie des populations locales avec leur hospitalité légendaire. Au total pas moins de 256 fêtes locales sont célébrées annuellement à travers les différentes régions du pays. TAFSIT de Tamanrasset : Trois jours durant, les populations du Hoggar se retrouvent à Tamanrasset pour fêter la venue du printemps dans une ambiance de fêtes riche en couleurs. Des défilés de troupes folkloriques sont organisés à travers les artères de la ville à la grande joie des autochtones et de touristes, venus nombreux partager les joies de cette fête où l'artisanat traditionnel occupe une place de choix... Des défilés de mode et des concours de beauté sont organisés à cette occasion pour élire " Miss Hoggar " et le meilleur targui de la région. S'BIBA de Djanet : A Djanet, la capitale du Tassili, la joie est rendez-vous à chaque fête religieuse d'El Achoura. Les populations se retrouvent pour reconduire le pacte de la paix scellé il y a près de trois milles ans ainsi que de nouvelles alliances. A cette époque, régnait une guerre fratricide entre des tribus targuies. Ce n'est qu'en apprenant la victoire de Moïse sur les Pharaons qu'ils consentirent à mettre fin à leurs conflits et scellèrent un pacte de paix qui, depuis les unit. Des exhibitions de combats reconstituant la dernière bataille à la suite de laquelle le pacte de la paix a été signé, est répétée à cette occasion au rythme de chants de femmes entrecoupés de youyous pour encourager les guerriers. S'Boue de Timimoun : A l'instar du Tassili, la région du Gourara est connue pour ses fêtes où les chants traditionnels des groupes " Ahellil " sont omniprésents. Se déroulant à l'occasion du mawlid, la fête religieuse célébrant la naissance du prophète Mohamed (QSSSL). Le S'Boue est une fête qui dure sept jours et sept nuits. Le septième jour, l'ensemble des populations des k'sour de la région se retrouvent autour de la zaouia de Cheïkh El Hadj Belkacem pour un grand rassemblement où les étendards des confréries sont exhibés au rythme des chants d'Ahellil. La célébration de cette fête est aussi une occasion de retrouvailles pour la population locale pour régler des différents qui ont surgis au cours de l'année et sceller de nouvelles alliances. Mawlid de Béni Abbes : En remontant vers Béchar, la somptueuse oasis de Béni Abbés célèbre avec faste la naissance du Prophète. Le jour du mawlid, la placette de la ville se trouve le centre d'une animation particulière au rythme de karkabou et de danses locales. Cette fête religieuse est aussi une occasion pour la circoncision des enfants et de rencontres entre les familles de la Saoura. Maoussim Taghit : La région de la Saoura vit aussi, à la fin du dernier week-end du mois d'octobre, au rythme du " Maoussim de Taghit ". Une fête dédiée à la datte et aux offrandes pour les plus démunis. La récolte de la datte est ainsi une occasion pour réunir l'ensemble des voisins de la Saoura autour de cette fête vieille de plus de 19 siècles. La tradition ainsi instaurée, est fêtée trois jours durant au rythme du bendir, du goumbri et de chants en chœur. La Ouaâda de Sidi Ahmed El Medjdoub : Célébrée durant le second week-end de chaque mois d'octobre, la ouaâda de Sidi Ahmed El Medjdoub se déroule dans la commune d'Asla (wilaya de Nâama) en l'honneur de Sidi Ahmed El Medjdoub, ce saint homme , ayant vécu au 15ème siècle. Cette fête est organisée par la tribu des Medjadba pour préserver et perpétuer les traditions et les coutumes où le couscous et le thé sont servis à tous les invités. Cette fête donne lieu à des exhibitions de fantasia , à des concours de poésie et à l'organisation d'une grande rencontre commerciale où différentes marchandises sont proposées pour permettre aux habitants de s'approvisionner pour faire face à la rigueur de l'hiver La fête du tapis de Ghardaïa : Dans la vallée du M'Zab les vacances de printemps sont une occasion de retrouvailles pour les différents artisans du territoire national qui viennent vendre et exposer leurs tapis. Animée par des troupes de karkabou où le baroud est à l'honneur, cette fête est ponctuée par l'organisation de visites touristiques à travers les cinq villes de la métropole de la vallée du M'Zab où Béni Izguen se retrouve à l'honneur avec son mythique marché de vente à la criée. Plus qu'une fête traditionnelle, cette fête est un concours artistique où les artisans se surpassent. Fête de Daghmouli : Autour du mausolée de Moulay Abderrahmane, les tribus du Hoggar : Kel-Rela, Kel-Rebla, Kel-Abagar, Issabaten et Tedjiène - affluent pour célébrer le daghmouli (l'aurore de sainteté) en hommage aux touareg du Hoggar (vraisemblablement la tribu dlmenan), révoltée contre les Français en 1902. La ziara (visite du mausolée) dure deux jours à dates fixes, le mois de mai. Fête de la poterie à Ath Khlilli : Au village de la région de Mâatkas au sud de Tizi ouzou, la poterie est a l'honneur depuis neuf ans. Le métier dans cette localié est essentiellement féminin. Les femmes d'ath Khlilli sont réputées pour la qualité de leurs poteries dont les décorations sont issues de la symbolique berbère. Fête du bijou en argent à Ath Yenni : Du 27 juillet au 4 août, les Ath Yenni fêtent leurs bijoux d'argent sertis de corail, agrémentés d'émail jaune (pour le soleil), de vert (pour la nature) et de bleu (pour le ciel), dans leur village perché à plus de 900 mètres sur les hauteurs du Djurdjura. Ces bijoux kabyles ont été primés, notamment au Canada et aux Etats-Unis. Fête du corail d'El Kala : Dans cette ville de l'extrême est algérien, limitrophe avec la Tunisie , la fête du corail rassemble pêcheurs, artisans et autres commerçants au mois d'août. Le corail algérien, régénéré rapidement après la pêche, est exporté. Ici, comme à Bèjaïa, il est réputé pour sa qualité et la rareté de ses tons rosés. Autre richesse de la région, le bois de bruyère servant à la fabrication des pipes, de renommée internationale.